Urban Comics
  X-Men #12 : Run Away
 
Histoire : Diablo
Date de parution : Octobre 2006

Philadelphie, Appartement de l’inspecteur Bishop

La situation était critique. La pression dans la pièce était palpable. Tous les yeux étaient tournés vers eux. Hank serrait dans ses bras la jeune fille évanouie. Scott sentait bien que ce moment de flottement après l’intervention de l’US Marshall à la télévision n’allait pas durer. Il savait qu’il y aurait des manifestations différentes selon chacun. Mais il savait aussi qu’on pourrait les regrouper en deux camps. Ceux qui voudront les aider et ceux qui voudront les dénoncer. Il fallait qu’il gagne l’adhésion du groupe pour que ses X-men puissent survivre et fuir.

Il fit un pas en avant et éleva sa voix au-dessus du brouhaha ambiant.

« Je m’appelle Scott. Malgré tout ce que vous avez entendu à la télévision il faut me faire confiance. Comme vous m’avez fait confiance aujourd’hui, comme vous m’avez fait confiance lorsque j’ai sauvez vos vies… »

Il y avait un gouffre entre être un leader inconscient et prendre la tête consciemment d’un groupe de personne. Cyclope se sentit basculer dans un autre monde de possibilités et de responsabilités. Peur et fierté se mêlaient…
Bobby vint se placer à ses cotés. Lui l’ancien anarchiste, le révolutionnaire faisait face avec lui. Puis ce fut Angel qui se mit sur sa gauche son regard était remplit de courage et de volonté. Jean se mit plus timidement derrière ses compagnons. Puis ce fut Hank qui déposa la jeune fille au sol et se rapprocha d’eux. Le colosse se mit entre les deux groupes et prit la parole.

« Il a raison. On nous veut du mal pour une seule raison. Nous avons quitté notre professeur et il veut nous récupérer. Dans 5 minutes notre signalement sera transmis à tous les postes de polices, dans les gares, les aéroports. »

Il n’avait pas besoin d’en dire plus. Tous comprenaient ce que cela impliquait. Même les non-mutants présents sentaient que les 5 personnes qu’ils avaient devant eux pourront changer quelque chose à ce qui se passe en ce moment. Qu’ils seront comme 5 gouttes d’eau dans une mer de haine. Et qu’il fallait des gens comme eux pour assumer des objectifs aussi grands.

Jean le sentit. Dans l’appartement 3b du centre de Philadelphie. Dans ses murs recouverts de photos de l’inspecteur Bishop, ici entre les plantes vertes et les journaux jeté à même le sol. Ici commençait leur vraie mission, non pas échappé Xavier, mais propagé leur message de tolérance…

« Je peux vous aider. »

Lucas s’était avancer vers eux. Bien droit, le regard franc. L’assurance transpirait de chacun de ses gestes. Il toisait Scott et attendait sa réponse. Un sourire ironique apparut sur le visage du chef des X-men.

« Allons-y alors »


New York , Bureau des U.S Marshall


“ Cal!!!”

Mon patron à comme on dit la voix qui porte. Je me dirige donc sans me presser vers son bureau. La porte vitré est déjà ouverte, et j’aperçois le boss derrière son bureau. Aïe ! il me fait sa tête « je viens d’avoir un appel des huiles et… »

« Je viens d’avoir un appel des Huiles et… enfin voilà ta nouvel mission.

Il pose le dossier en carton sur la table. Enfin cinq dossiers plus précisément. Je les parcours rapidement. Un frisson me glace le dos. Ce n’est pas possible. Il y a quelque chose de pourrit au royaume des Marshals.

- Chef je pense être plus utile dans la rue, avec toutes ses émeutes et…
- La ferme. Ce dossier, cette traque c’est d’une importance dont tu ne saisira jamais la complexité. Alors tu me les ramènes et vite. Compris
Compris. Je sors du bureau le dos encore plus voûté et d’humeur massacrante. Et j’entend les voix intérieures de mes collègues… « Caliban… le retour… »

Il y a des surnoms qui sont dur à assumer. J’en sais quelque chose. Le mien c’est « Caliban ». Oui comme le monstre de Shakespeare. Bon on ne m’appelle pas comme ça car je suis défiguré, mais à cause de mes colères homériques. Je sais que je suis soupe au lait et que c’est un frein dans mon travail. Bon sauf quand j’interroge un suspect, là ça aide un peu. Je suis U.S Marshall, je traque les criminels dans tous le pays. Et mon enquête du moment me laisse perplexe. On m’a chargé de retrouver cinq mutants. Ce qui me trouble ? Le fait que j’en sois un aussi. Et que mon pouvoir soit de localiser les miens… Ah ! et le fait que je ne crois pas au coïncidence…


Philadelphie quelque part sous la ville

« Bon je sais qu’on est dans la galère qu’on n'a pas le choix et tout … mais les égouts c’était obligatoire ? »

Bobby regardait avec dégoût ce qu’il l’entourait, l’eau à ses pieds, les murs verdit par les eaux usées. Il n’avait rien d’un bourgeois coincé, mais pourtant il y avait une limite à ce qu’il pouvait supporter. Il se retourna vers Hank qui lui se bouchait carrément le nez. Son odorat était plus fin que celui de ses collègues, mais sa vie l’avait mieux préparé à ça, il avait déjà vécu dans ce genre d’endroit. Pas vraiment la meilleure partie de sa vie d’ailleurs.

« Inspecteur Bishop, où nous mène ce labyrinthe ?
- Vers la sortie ouest de la ville. De là bas je vous emmène dans le garage que tient un ami à moi… il vous fournira une caisse. Après c’est à vous de jouer.

Tous acquiescèrent en silence. Ce n’était guère le temps de réfléchir, ils devaient faire vite. Trop pressés ils ne virent pas que quelqu’un les observait. Et ce quelqu’un ce réjouissait d’avance de la récompense…

Jean sentit une présence psychique, mais trop tard des silhouettes les entouraient. Scott porta sa main vers ses yeux. Aujourd’hui il n’avait le luxe des scrupules. Son équipe ne s’embarrassa pas non plus de préliminaires. Tous se préparèrent, les poings fermés, les mâchoires serrées. Lucas Bishop lui se tourna vers Cyclope.

« Tire sur moi.
- Quoi ? Fais moi confiance, tire sur moi !

Sans hésitation Scott libera un seul de ses yeux. En fait il ne fit que battre des paupières. Mais le colosse d’ébène fut projeter à travers le mur en brique. Se retrouvant en dehors du cercle formé par leurs assaillants. Cercle qui devenait bien petit d’un coup.


New York, Bureau des Marshall

Je masse mon crane rasé tout en lisant les dossiers. Ces cinq adolescents représente une force de frappe immense. Surtout leurs chef, si mes mesures sont exactes. Un des mes assistants déboule le visage en sueur.
« Monsieur, j’ai des vidéos montrant les fugitifs. Ils sont à Philadelphie ! »

Je fonce sur les moniteurs pour vérifier l’information. Ce sont bien eux. Bien que la chasse commence…

Philadelphie, les égouts

« Voilà donc les X-men… Et bien frères mutants il semblerait que votre présence dans les mains de l’état nous rendrez la vie meilleure. Alors rendez vous… ou souffrez !

La personne qui a jeté ses mots et une femme d’environ trente ans. Les cheveux noires, coupé court. Un bandeau sur un œil. Habillé d’un tailleur, déchiré par endroit. Une mutante qui a du souffrir lors des émeutes semble-t-il…

« Pour nous avoir va falloir venir nous cherchez…
- j’espérais une réponse comme ça…

La furie se rua vers Jean. Celle-ci tenta de la bloquer psychiquement mais sa cible fut plus rapide qu’elle. Elle la prit violemment à la gorge et la tourna vers les autres se mettant dans son dos. Son bras s’enroula autour du coup de la télépathe. Miss Grey essaya de pénétrer son esprit, de la soumettre à sa volonté. Rien, la jeune mutante était épuisé et elle n’arrivait pas à se concentrer. Elle implora du regard ses camarades. Ceux-ci la regardait avec compassion et son attaquante avec des envies de meurtres. Celle-ci sourit de toutes ses dents.

« Bien, je pense qu’on peut renégocier maintenant… j’ai oublié de me présenter. Je m’appelle Callisto»
 
  Depuis janvier 2009, il y a eu 266449 visiteurs sur le site. Copyright (c) 2004-2009 http://urbancomics.fr.gd/  
 
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement