Urban Comics
  X-Men #6 : Magnéto
 
Histoire : Diablo & Ben Wawe 
Date de parution : Avril 2005

Les adolescents n’en croyaient pas leurs yeux. Un homme d’âge mûr volait au milieu des ruines de Manhattan, habillé comme un gangster d’Al Capone ! Et ces fous qui avaient pratiquement rasé New York peu avant s’étaient rangés docilement derrière lui, alors qu’ils auraient pu facilement le massacrer !
Mais cet homme dégageait quelque chose de menaçant, d’unique. Une puissance, une aura particulière étaient presque palpables en la présence de cet homme dangereux. Et ça, Scott, Hank, Jean, Warren et Bobby le comprenaient. Et ils avaient peur.

« Ainsi, Charles a recruté les ordures de notre race pour en faire son armée personnelle ? Amusant. Comment avez-vous fait pour ne pas les vaincre, Confrérie ? »

Si le début de sa phrase avait été dit sur le ton de l’amusement, la fin sonnait comme une menace non dissimulée. Le garçon qui avait affronté Scott avant, et qui s’était retrouvé projeté au loin, fit un pas en avant et s’approcha de l’homme. On voyait plusieurs marques de blessure sur son corps, mais il ne montrait pas sa douleur. Il parla d’une voix simple.

« Monsieur, leur résistance a été plus grande que prévue et l’un d’entre eux a un pouvoir très, très puissant. Nous allions vaincre quand vous êtes arrivé.
- J’ai vu cela, Corto. Et je vois aussi que tu manies aisément les mots pour sauver vos vies. Bien ! Où est donc celui qui semble si puissant selon toi ?
- C’est celui-ci, monsieur. »

Le dénommé Corto montra du doigt Scott, qui bien sûr ne voyait plus rien et était prisonnier des ténèbres qui régnaient sur son existence depuis plusieurs années. Ce ne fut que quand il sentit la douleur dans son torse, que quand il sentit ses pieds décoller du sol et que quand il sentit le sang descendre de son nez qu’il comprit que c’était lui que l’on visait.

En voyant leur compagnon soulevé dans les airs et semblant souffrir le martyr les autres X-men ne purent que réagir violemment. Cela les avait sortit de leurs torpeurs. Hank se jeta vers son adversaire suivit d’Angel. Bobby se concentra avant d’envoyer des pics de glace, alors que Jean essayait de bouger un lampadaire plus loin…
Mais Magnéto effaça leurs efforts d’un geste de la main. Le fauve et Angel furent projeté au sol ainsi qu’Iceberg et Jean. Ils ne pouvaient plus bouger. Une chape de plomb semblait les retenir. Ils ne pouvaient qu’assister à la souffrance de leur ami.
« Jean… écoute-moi… Jean… »
La jeune fille entendait une voix… dans sa tête… c’était la voix de Scott !
« Jean… écoute-moi… Il faut que je puisse le voir… il faut que je puisse voir où il est… tu dois m’aider… tu es notre seul espoir…
La voix fut interrompue par un hurlement de douleur… c’était celui de Summers qui s’agitait au-dessus d’eux en proie à la torture de Magnéto. Elle devait réagir, oublier le monde, la douleur, le crack, ses migraines… elle ne devait penser qu’à son but…
- Vous n’êtes que des larves… Charles me déçoit… Aucun de vous ne mérite de faire partie du monde qui nous revient de droit. Ne me dites pas que vous voulez sauver l’Homo sapiens, ce babouin, ce stupide primate… Nous leurs sommes supérieurs en tous points, nous sommes la nouvelle race pure et bientôt la seule espèce dominante sur Terre.
Il marqua une pause. D’un geste de la main il les débarrassa du poids qui les maintenait au sol. L’équipe se releva un feu brûlant dans leurs yeux…
- Vous me dégoûtez. Vous aimez ceux qui vous ont humilié, torturé, rabaissé. N’avez vous jamais vécu le rejet ? La haine ?
La dernière partie sembla touchait une partie des X-men. Certains avaient effectivement du supporter tous ça. Bien que cela ne change pas le fait qu’il soit leur ennemi, ils comprenaient un peu…

Des sirènes retentirent, les forces de l’ordre arrivaient en masse. Les policiers sortirent de leurs véhicules leurs armes pointées sur l’homme qui volait au-dessus d’eux. Bien que surpris par ce fait, ils n’en oublièrent par leur mission de protéger la ville. L’un deux, l’inspecteur Harris, l’arme au poing, essaya de s’approcher du spectacle exceptionnel qui se jouait devant ses yeux. Il visait lentement Magnéto qui parlait toujours aux X-Men. Lui qui avait été champion de tir il y a quelques années, il ne pouvait louper cet homme…

Le policier réfléchit quelques instants aux choix qu’il devait faire, à sa vie, à sa famille, et appuya alors sur la gâchette, fermant les yeux à cause d’un étrange réflexe. Il entendit la détonation, il sentit l’impact de l’arme qui vous renvoie en arrière, mais n’entendit pas le bruit de la balle entrant dans le corps…lentement, il rouvrit les yeux, juste à temps pour voir la balle, sa balle, celle qu’il avait envoyé avant, revenir vers lui et rentrer dans son cerveau par le milieu du front.

Tous les policiers furent horrifiés et stupéfaits par ce qui venait d’arriver. Cet homme qui volait en plein milieu de la rue avait réussit à arrêter une balle tirée par un des meilleurs tireurs de la ville, et à lui rejeter dans la tête ! Alors que tous auraient voulus fuir pour se cacher, Magnéto ne leur laissa pas le temps.
Se retournant vers eux, l’homme leva les bras au ciel, et tous tombèrent alors à terre, morts mystérieusement. Comment pouvait-il faire cela, se demandaient les X-Men ? Etait-il donc si puissant qu’il pouvait tuer en levant juste ses bras au ciel ? Que pouvaient-ils donc contre lui ?

« Jean…aide-moi…
- Scott ? C’est toi ?
- Oui…écoute… je ne sais pas pourquoi j’arrive à te parler ainsi…peut-être que le prof a laissé quelques pouvoirs psys dans ma tête et que j’arrive à contacter les télépathes proches…mais…aide-moi…je me meurs…
- Que veux-tu que je fasse ? Que l’on fasse ? Il est trop fort, trop grand, trop invincible…mon dieu, on va tous mourir…
- Non…on va pas mourir…pas maintenant…reprends-toi…je sais que tu peux le faire…
- Mais faire quoi ?
- Fais en sorte que je vois, Jean…fais en sorte que je puisse voir, que je puisse utiliser mon pouvoir…
- Mais pourquoi ? »


« AAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRGHHHHHHHHHHHHHHHHHH »

Scott ne pu continuer à parler : Magnéto ayant finit son travail avec les policiers, il continuait à le torturer en faisant bouger dans son corps, dans son sang, ses molécules de fer, créant de fortes hémorragies internes et externes. Il souffrait le martyr, et Warren, Bobby et Hank tentaient de se libérer tandis que Jean pleurait son immobilisme.

« Pauvres crétins…vous croyez vraiment que le monde vous acceptera un jour ? Ce monde n’est pas le nôtre, il ne l’a jamais été et ne le sera jamais ! N’avez-vous jamais été rejetés car différents de leurs normes ? Henry, oui je connais vos noms, n’as-tu jamais effleuré l’idée de rendre à tes parents, à tes bourreaux, ce qu’ils t’ont fait ? Tu le peux ! Ils ne sont rien pour nous ! Crois-tu que tu as mérité cela ? Non ! Warren, penses-tu vraiment que des êtres comme ton père méritent encore de vivre sur terre, tuant des gens comme ton amie ? Bobby, d’autres personnes comme tes parents doivent-ils encore être les victimes de jeunes crétins avant que tu n’interviennes ? Hein !
- Et moi Magnéto ? Tu me tortures parce que je veux aider les gens ? Aider les mutants, tues-moi, fais de moi un martyr…
- Scott Summers… Non toi tu vas souffrir pour te rappeler de quel côté il faut être.
A ces mots il serra encore plus son poing, le jeune leader cria toute la douleur, toute la souffrance qu’il vivait.
Jean ne put en supporter plus. Elle explosa, le lien qu’elle partageait avec Scott s’ouvrit en grand, il passa de mince ruisseau à un immense torrent. Elle ouvrit ses yeux et Scott put voir à travers elle. Il vit ses compagnons rongés par le doute, qui ne savait comment l’aider, qui se demandaient où se trouvait la vérité…
- La vérité Magnéto… Tu n’es qu’un fasciste… Nous venger, rendre coups pour coups. En quoi serions-nous meilleurs ? Pour chacun de nos frères mutants on tue un humain ? On tue leurs maris, leurs enfants, leurs sœurs ? J’ai une meilleure idée… je vais te rendre coups pour coups. L’heure du règlement de compte à sonner !
- Et tu compte faire ça comment ?
- En ouvrant les yeux… »

Les X-Men, enfin ceux qui avaient vu Scott se servir peu avant de son pouvoir, réprimèrent un sourire en comprenant que le jeune homme avait retrouvé son assurance perdue…comment ? Ils ne savaient pas, et s’en fichaient un peu : il allait s’énerver…

« Va y avoir du sport… »

Hank avait osé dire cette phrase malgré la peur qui torturait son être, ainsi que le doute après les paroles de Magnéto…la Confrérie lui lança un regard noir avant d’observer encore Summers, qui parlait comme un grand guerrier…leur chef avait aussi tourné la tête vers Hank après ces mots, et était prêt à le tuer d’un coup quand il vit à l’extrémité de son champ de vision Scott ouvrir les yeux…
 
  Depuis janvier 2009, il y a eu 266429 visiteurs sur le site. Copyright (c) 2004-2009 http://urbancomics.fr.gd/  
 
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement