Urban Comics
  X-Men #2
 
Histoire : Ben Wawe & Diablo
Date de parution : Décembre 2004


Enorme. C’était la seule façon de le décrire. C’est d’ailleurs ce que Scott avait dit la première fois qu’il avait vu à travers les yeux de son professeur ce qui se trouvait devant eux. Mais ce n’était pas ce que répétait le nouveau aujourd’hui. Lui il avait qualifié sa de grosse daube. Mais Scott s’en foutait un peu. Lui ne voyait qu’au travers des yeux de l’homme qui l’avait recueillit donc tous ce qui voyait été parfait. S’il ouvrait les yeux, il détruirait tout ce qui aurait devant. Enfin, Hank McCoy deviendrait un des ses coéquipiers. Autant commencé à sympathiser.
« C’est le X-jet, c’est à nous. »
Le X-jet était une vielle caisse des années 50. Un pur bijou de collection entièrement retapé. Malgré son style un peu vieillot.

« X-Jet ? C’est qui a eu l’idée débile de l’appeler comme ça ?
- Euh…moi.
- Ah. Bon, j’espère que t’es plus doué dans d’autres trucs que dans l’imagination. Tu me fais penser au Cyclope d’Homère…ouais, je crois que je vais t’appeler Cyclope, mon vieux ! »

Scott était touché par cette remarque. En quelques sortes, il ressemblait au cyclope. Son effrayant pouvoir l’empêchait d’ouvrir les yeux, sinon il ferait encore des drames. Il était tel un cyclope, obligé de voir par une seule fente, celle que parfois ouvrait son professeur…
Hank vit la détresse de son compagnon, et mit sa main au-dessus de ses épaules.

« Allez, faut pas t’en faire, je rigolais. Et puis, tu sais, tu peux m’appeler comme tu veux, sauf un truc genre Bête, parce que ça me botte pas…
- Je peux t’appeler comme je veux ?
- Ouais.
- Ok. Tu seras le Fauve alors. A cause de l’odeur !
- T’es un marrant toi…
Les deux jeunes hommes se faisait face en souriant, puis le Fauve se retourna vers le professeur.
« Pourquoi X, X-men, X-jet etc.… on se croirait dans un film de James Bond.
- Car vous êtes né avec un gène X en plus. Et on doit le nom à Scott.
- Ah ! Je me disais aussi…
Henry donna une grande claque dans le dos de Cyclope en rigolant. Mais cela ne lui disait pas ce qu’il faisait ici. Pourquoi donné un nom de groupe ? Pourquoi même la voiture avait un nom ? Tout ceci cachait quelque chose et avec son QI Hank tarderait pas à savoir ce que sait.
- Viens Henry je vais te montrer où tu dors.
Ce faisant l’handicapé sortit du garage et se dirigea vers le dortoir des garçons. Il l’emmena dans une grande pièce sombre, avec une douzaine de lits vides, sauf un, juste à côté de la fenêtre. Sûrement celui de Scott, pensa Hank.
- Voila où tu vas dormir, Henry. J’espère que cela te plaît.
- J’ai dormi dans pires endroits.
- Je m’en doute.
- Bon, au fait, c’est quoi ces délires ? Un groupe, de jeunes « mutants », un « X-Jet »…on dirait une sorte de GI entraînés pour faire des frappes armées…
- Non, bien qu’il se peut qu’on fasse cela…
- Alors c’est quoi le truc ? J’aime bien savoir dans quoi je m’engage.
- Tu t’engages dans la première ligne de défense des mutants.
Ce genre d’annonce cloue le bec. Enfin deux secondes dans le cas de Henry.
- Quoi ? Comment ça !
- Du calme, disons que les chocs de civilisation ne sont pas bien passés dans le passée. Donc les mutants ne seront sûrement pas accueillit avec ferveur. Vous êtes ici à la fois pour contrôler vos pouvoirs mais aussi pour sauver d’autres mutants quand cela sera nécessaire. Pour l’instant repose-toi le reste arrivera assez vite. »

« Hank !
Scott c’était réveillé seul, aucune respiration autour de lui. Il avait cherché son coloc un peu partout dans ce bâtiment qui pour lui évoquait un manoir immense.
- Je suis là !
- Ouch !
Scott venait d’entrer dans le garage et de se cogner par la même occasion le pied contre un pot quelconque.
- Hank, je me repère ici simplement car je connais l’endroit, si tu mets des trucs partout j’ai pas fini de me cogner !
- Désolé
- Bon c’est pas grave tu fais quoi ?
- Je mets des trucs partout pour que tu te casses la gueule…
- C’est…c’est vrai ? »

Hank se tapa sa main pleine de cambouis sur le front. Soit Scott était un débile profond, soit il n’avait aucun humour. Le jeune homme ne savait pas de quelle réponse il avait le plus peur…

« Mais nan…je change un peu ton X-Merde.
- X-Jet.
- Si tu veux. Mais je le transforme quand même.
- Pourquoi ?
- Toi, t’es aveugle, mais moi j’ai pas envi qu’on me voit avec ça. J’ai une certaine réputation à tenir. Et un certain respect de moi-même.
- Ah. »

Scott resta quelques instants à écouter travailler Hank, avant que celui-ci ne se retourne et aille devant l’aveuglé.
- Bon là au moins elle a de la gueule, et je te dis pas sous le capot !
- Si tu le dis vieux.
Hank se tourna l’air un peu contrariait vers celui qu’il appelle Cyclope.
- Oui, tu sais ton problème avec tes yeux, tout ça. Ben faut que je réfléchisse mais doit y avoir une solution tu crois pas ?
Le sourire qui illumina le visage de Scott en disait long sur son envie que ce souhait se réalise.
- Bon faut encore que je réfléchisse mais bon. Ça devrait le faire !
- OK. Moi tant que ça marche !
Les deux jeunes hommes pouvaient s’apprécier finalement. Enfin du moins, ils pouvaient ne pas se détester, ce qui était déjà bien. Ils passèrent le reste de la nuit ensemble, à parler, à rire, à se connaître. Un sentiment proche de l’amitié naissait entre eux.

Le lendemain, Charles Xavier fit venir les trois adolescents dans son bureau, une petite pièce carrée avec quelques livres, un bureau et juste son fauteuil. Il attendit que chacun des deux endormis et de la camée soit réveillé pour commencer à parler d’une voix douce et calme.

« J’ai pris une décision cette nuit. Je vous l’ai déjà dis, les mutants commencent à se faire voir un peu partout. Et pas seulement à New York. Dans tous les Etats-Unis, et ils ne savent pas quoi faire, ni ce qu’ils sont. Je pense qu’il faut que certains d’entre vous aillent sur les routes pour tenter d’aider ces jeunes. Je ne vous force pas, bien sûr. »

Un silence pesant apparut dans la pièce. La nouvelle choquait légèrement Hank, Jean et Scott. Mais pas pour les mêmes raisons. Hank se demandait si ce n’était pas une façon de l’éloigner pour qu’il ne découvre pas les véritables buts de Xavier. Scott se demandait si c’était à cause de lui, si le prof le rejetait. Et Jean se demandait si elle pouvait trouver sa dose en dehors de New York.
Mais le temps de la réflexion fut vite avorté lorsque le professeur se crispa violemment. Et dans une moindre mesure Jean aussi. Alors que Scott se demandait ce qu’était ces bruits te que Hank ne savait pas quoi faire, Xavier se redressa douloureusement et arriva à dire ces quelques mots.
« Vite ! Un mutant a besoin d’aide dépêchez-vous ! »
Le temps que le professeur se calme et qu’il explique où se situait leur « frère » en détresse et les 3 X-men dévalaient les rues de la grosse pomme à toute allure.

Note de l'auteur : La suite dans Urban Iceman, dernier épisode.




Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  Depuis janvier 2009, il y a eu 105742 visiteurs sur le site. Copyright (c) 2004-2009 http://urbancomics.fr.gd/  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=