Urban Comics
  X-Men #13 : The Other Way
 
Histoire : Diablo
Date de parution : Janvier 2007


- Doucement.

Plus personne ne bouge. La situation est tendue et le moindre geste pourrait provoquer le camp adverse. Or avec des mutants les règlement de compte sont un peu plus spectaculaire. Scott a beau réfléchir Aucune idée ne lui vient. La rage bot dans ses veines, il veut ouvrir les yeux et tué cette folle, mais entre lui et Callisto il y a Jean. Une Jean complètement paniqué, à tel point qu’elle ne peut utilisé ses pouvoirs.

Rien. Rien ne se passe, aucun picotement dans l’hypothalamus, rien. Ses pouvoirs ne répondent pas, elle se sent vidé de toute énergie alors que la main sur son coup serre un peu plus. Elle manque d’air. C’est alors qu’elle l’entend. Qu’elle ressent cette chaleur en elle, et avec cette sensation une voix. Sa voix, elle entend un homme aussi. Elle se souvient de toutes ces scènes. Mais pourquoi maintenant ?

- Sale pute ! J’ai payé ! Alors tu vas faire ce que je te dis !

L’homme dessert sa ceinture. Ses gros poings se referment sur la boucle en acier, le cuir se balançant lentement dans les airs.
Un sourire sadique apparaît sur son visage. Du coin de l’œil il voit la liasse de billets qui trône sur le buffet. Elle est à lui. il a payé. Et ce n’est pas ses pleurs qui vont l’arrêter. Au contraire chaque fois qu’elle dit non il ressent un élancement de désir dans les reins. Mon dieu il va se régaler.

- Allez goûte…
- Non… je t’en prie Jason…
Mais Jason ne l’entend pas de cette oreille. Il lui a donné un ordre. Qui est elle pour refuser ? En plus il lui offre une came quasi pur, cette drogué pourrait le remercier non ?
- J’ai dit goûte !
Il prend alors sa chevelure rousse dans la main et se moqua totalement de ses cris lui mets le nets dans la pyramide de poudre sur la table…
- Ne me dit plus jamais non ! Tu entends ? Plus jamais…

Une lame était posé sur sa gorge. Elle avait été traîné dans cette abri miteux par des dingues en Robes rouges. Pour être mangé, mais ces amis était arrivés. Mais elle avait maintenant cette lame sur la gorge… Elle allait mourir…

- Alors tu vas faire ce que je te dis !

- J’ai dit goûte !

- Ne me dit plus jamais non !

- Plus jamais !

- Non !

- Non ! Non… Non…


- NON !

Callisto ne comprenait pas. Pourquoi cette rousse criait-elle ? Son cri n’avait rien d’une jeune femme apeuré. Au contraire. C’était d’une voix sure qu’elle c’était exprimé. Ce non n’était pas une supplique, c’était une affirmation.
Jean se redressa. Non elle ne serait plus une victime. Non elle ne serait plus un poids. Warren avait combattu sans ses ailes, Hank était si traumatisé par ce qu’il avait fait jeune, qu’elle le voyait en rêve. Bobby aussi avait souffert. Tous avait eu peur, avait eu ma. Mais ils se tenaient malgré tout là pour se battre pour elle. Même l’inspecteur Bishop était prêt à Agir, ses batteries pleines grâce à Cyclope. Non… Plus jamais elle ne se plierais face à la force d’un autre. Aujourd’hui elle allait combattre, pas seulement pour elle ou pour un idéal de paix. Non elle allait combattre pour ses amis. Pour ses seuls amis.

Elle sentait en elle une puissance qu’elle ne connaissait pas. Elle sentait comme un torrents se déversait en elle. Ses yeux… ses yeux était rouges. Et de la fumée commençait à s’échapper de son corps. Plus personne ne bougeait, même son assaillante reculé. Au début ce fut un pied. Puis elle quitta complètement le sol pour flotter de quelques centimètres. Jean se tourna vers Callisto.

- Partez.

Mais aucun ne bougeait. Ils n’avaient pas peur d’elle, au contraire le cercle se refermait de plus en plus. Tous étaient mutants. Et cela se voyait. Bobby vit que l’un deux semblait composées de plusieurs corps, des membres supplémentaires, des cotes trop nombreuses. Il avait même plusieurs dos…

Entre les deux camps se dressé la seul X-girl. Mais au vu de l’énergie qui commençait à fumer autour d’elle, le fait qu’elle soit seule ne sera pas un problème. D’ailleurs une certaine tension nerveuse se faisait dans les rangs de l’ennemi. Ces mutants ne demandé pas grand chose : la paix. Et pour cela il était clair pour eux que livré ces terroriste connu sous le nom d’X-men devrait suffire.

L’un d’eux était un colosse. Ses muscles impressionnants lui frayèrent un passage jusqu’au premier rang. Son visage était constellé de verrues et sa peau était jaune. Il regarda droit dans les yeux la femme en face de lui. Elle voulait qu’il parte.

- On pars pas. Toute ma vie on m’a insulté. Toute ma vie on m’a humilié. Si je vous amène aux flics, ils me laisseront tranquille. Alors non, je pars pas.

Il se passa quelque chose. Les mots de cet être immonde, son regard planté dans le sien. Tout ceci fit que Jean doutait. Elle n’était plus si furieuse, elle comprenait sa douleur, la même que la sienne…

Alors qu’elle redescendait parmi les mortels un pion oubliait joua son coup. Bishop refit son apparition en explosant un mur. De l’énergie rouge plein les mains, il souriait de toutes ses dents. Il se retrouvait en dehors du cercle dessinait par ses agresseurs. Il était prêt à les prendre en tenaille.

Mais alors que tout le monde c’était calmé grâce à l’intervention du colosse son arrivée mis le feu aux poudres. Un petit bonhomme se sentit en danger et fonçant donc sur l’inspecteur pour se défendre. Celui-ci riposta aussitôt avec une décharge. Puis ce fut le chaos. Chacun tirait, frappait, gelait…
Mais au milieu de tout ce tumulte Jean faisait face au mutant qui l’avait défié. Cet être horrible, ce géant jaunâtre. Aucun ne bougea, ni même ne parla. Mais avec une télépathe pas besoin d’ouvrir la bouche…

- Pourquoi, pourquoi vouloir nous arrêter ?
- Pour vivre heureux.
- Mais si on est arrêté rien ne changera.
- Mais ils ont dit…
- Tu penses que nous livrés fera que les autres te respecteront ?
- … Non… Alors pourquoi vous nous attaquer, pourquoi vous n’essayez pas de changer les choses ?
- …
- Pourquoi se battre ? Pourquoi…
- Je ne sais pas. Sûrement qu’on ne sait faire que ça. On a ses pouvoirs et la seule utilisation qu’on leurs connaît c’est pour se battre. On ne sait rien faire d’autre.
- C’est faux. Vous savez aimer… Tu sais aimer… Tu…


Il ne put jamais finir sa phrase. On ne sut jamais ce qu’il le toucha. Un éclair ? Un pic ? Il n’y avait qu’un trou fumant là où se trouvait son cœur. Jean resta bloqué par cette vision. Toute sa colère revenait. Toute sa haine pour les autres, des larmes coulait sur ses joues. Elle serra les poings et ses larmes défièrent la gravité. Ses lèvres n’était plus qu’un mince fil qui se dessinait sur son visage.

- Ne me dit plus jamais non !

Le corps d’Iron Hand. Celui d’une petite fille de cinq ans dans les décombres de Philadelphie. Celui des X-men après que Deadpool l’aurait rendu visite. Tous ses morts, tous ses mutilés…

- Tu vas faire ce que je te dis !


Le corps de cette homme. De ce monstre, un trou à la place du cœur. le cœur…

- Pourquoi se battre ?… Vous savez aimer…

- STOP !!!!!!!!!!!!

Son cri déchira l’espace autour d’elle. Plus personne ne bougea. Tous se tournèrent vers elle. Elle n’était plus l’incarnation de la vengeance, de la fureur. Elle n’était qu’une femme agenouillé devant le corps d’un ennemi. Une personne révoltée par un mort inutile. Par la mort d’un innocent. Sa compassion se répandit comme l’onde d’un caillou tombé dans un lac. Chacun baissa les yeux, coupable de n’avoir rien fait.

- Il voulait simplement vivre. Et pouvoir en être fier…

Un sanglots acheva sa phrase. Elle ne su quoi dire. Alors elle mit dans chaque esprit les mots de celui dont elle ne connaissait même pas le nom.
Tous pleurèrent en silence. Puis Callisto s’approcha de Jean et posa une main sur son épaule.
Il n’était pas nécessaire d’en dire plus. Oui ils pouvaient aimer au lieu de détruire…

- Comment il s’appelait ?
- Sunder.
 
  Depuis janvier 2009, il y a eu 266424 visiteurs sur le site. Copyright (c) 2004-2009 http://urbancomics.fr.gd/  
 
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement