Urban Comics
  Teen Titans #4 : Un heros ou des heros? (1)
 
Histoire : Lex
Date de parution : Décembre 2006

-Ouech, mec, magne ton cul, tu veux qu’ il nous pécho ou quoi ?
-Ferme-la ! J’ai bientôt fini !

Le plus grand des deux afro américains était occupé à ranger des billets dans un sac de sport bleu tandis que le second semblait paniqué et bougeait dans tous les sens .

-Putain, mec, magne-toi ! Il avait trop pas l’air de golrie ! Il va nous marave la gueule s’y nous chope !
-Ferme là nom de Dieu ! S’il s’approche trop près de nous je lui réserve un petit cadeau .

Le grand eut un sourire inquiétant en laissant apparaître une arme à feu dans son pantalon . L’autre eut un mouvement de recul et dit d’une voix paniquée :

-T’es un ouf ou quoi, mon frère ? Tu … tu vas pas le buter quand même ?
-S’il nous retrouve, je serrai bien obligé .
-Oai mais il avait l’air balaise quand même !
-C’est pas parce que c’est un joueur de foot qu’il est immortel, compris, Toy ?

Le dénommé Toy acquiesça d’un signe de tête franchement pas serein . Ce type avait l’air vraiment étrange, il ne semblait pas humain, dans ses gestes, ses allures, il semblait froid comme une machine et à Toy, ça lui mettait la trouille au ventre, rien que d’y penser . Son partenaire, Sam, était un habitué de l’arnaque et semblait calme et prêt à faire face à tout imprévu mais malgré cet air rassuré et rassurant, il n’en était pas moins inquiet . C’était vrai que ce type était bizarre et solidement charpenté . Mais l’idée qu’une balle pouvait traverser n’importe quelle tissu humain le rassura et il continua de ranger les billets .

-Eh, mon frère ? Ca fait combien en tout ? Tout le frique là ? Il nous a filer combien ?
-Trois-mille dollars, mon frère ! On est riche ! Avec ça tu pourras offrir un cadeau pour ton gamin !

Toy repensa à son fils, âgé de trois ans . La mère du petit l’avait eut à seize ans et Toy avait été obligé de suivre Sam dans ses magouilles pour assurer un avenir à sa famille . C’est vrai qu’avec trois mille dollars, il pourrait payer le loyer, qui ne l’avait pas été depuis deux mois et peut être même acheter de nouveaux vêtements pour son enfant . Il sourit à cette idée et se décontracta . Sam avait raison, le type escroqué n’était pas si terrible que ça .

Dick observait les deux hommes, caché derrière une vieille machine de cette ancienne usine désaffectée . Comme chaque fois qu’il sortait pour organiser ses filatures, il était vêtu d’un blouson kaki, d’un pantalon militaire et portait des rangers . Ses mains, recouvertes de mitaines en cuir, tenait une barre de titane, récupérée sur l’un des chantiers de son oncle . Ces deux types semblaient louches et bien pressés . L’intuition de Dick ne lui avait pas menti lorsqu’il les avaient suivi, ces gars là n’étaient pas clair et la conversation qu’ils avaient le prouvait . Ainsi, ils étaient des arnaqueurs et leur victime semblait être quelqu’un d’important ou d’impressionnant vu la façon dont les malfrats parlaient de lui . Intéressant . Au moins Dick n’était pas venu pour rien . Il allait tenter d’en savoir plus .

C’est alors que ce fit entendre un craquement sonore comme lorsqu’on tape de toutes ses forces dans une plaque de taule . Dick se retourna et aperçut une forme humaine, caché dans l’ombre . Le jeune homme se cacha précipitamment pour ne pas se faire repérer . Avec l’agilité d’un félin, il prit l’escalier qui menait à l’étage . De la haut, il avait une vue magnifique sur l’ancienne raffinerie . En bas, les deux noirs américains s’étaient arrêtés de parler et regardaient apeurés la forme humaine sortir de l’ombre . Un noir d’au moins un mètre quatre vingt dix, une carrure de sportif, un survêtement gris sur les épaules et un jogging bleu nuit autour de la taille . Derrière lui, un trou béant dans le mur de taule . Qui était-il ? Comment avait-il réussit à défoncer de ses mains nues la structure métallique ? Dick recula dans l’ombre pour être sûr de ne pas être vu . Il devait être le type arnaqué par les deux délinquants et, à son air déterminé, il n’était pas content . Lentement, l’athlète avança d’un pas lourd qui semblait résonner dans l’usine . Les deux arnaqueurs tremblaient d’effroi devant le géant noir qui fit craquer ses phalanges dans un horrible bruit aux sonorités métalliques . Il finit par s’arrêter à quelques mètres des deux gars et dit d’une voix froide et résonnante :

-Je déteste qu’on se foute de ma gueule . Je crois que vous n’avez pas très bien saisis ce point, vous deux .

Dick n’aurait pas aimé être à la place des deux types . Cet inquiétant personnage avait vraiment quelque chose d’effrayant . Il ne plaisantait pas . Le jeune homme, toujours caché, serra sa barre de titane, qui lui semblait soudain aussi futile qu’une vulgaire baguette de bois contre un gars qui pouvait détruire le métal comme on défonce une porte . Un frisson glacial lui parcourut le dos tandis que le géant fit quelques pas de plus en direction des deux escrocs, morts de peur .

-Maintenant je vais vous demander de me filer ce sac bleu avant que je m’énerve et que je m’emporte . En ce moment, je ne contrôle pas très bien ma force, vous voyez .

D’un magistral coup de poing, il défonça l’armature métallique d’une des machines sous les yeux effarés de Sam et Toy et de Dick, à l’étage . Quelle force hors du commun ! Comment avait-il réussit à détruire une solide machine par simple coup de poing ? Décidément, ce gars était une énigme de la science et ce qui n’était pas pour rassurer Dick . Celui-ci espérait que tout allait bien se passer et que Sam allait donner gentiment le sac avec l’argent . Oui, Dick n’aurait pas souhaité, pour une fois, intervenir et affronter ce type qui l’aurait sans doute réduit en chaire à pâtée .

-Alors ? Ca vient ?

La voix puissante de l’inconnu avait de quoi effrayer un bataillon de para . Toy donna un coup de coude à Sam pour qu’il réagisse mais celui-ci semblait pétrifié par la peur .

-Écartes toi . Dit l’homme surhumain à Toy qui s’exécuta sans mot dire, laissant son collègue seul face au dangereux personnage . Donne moi ce sac, maintenant . Je ne rigole plus .

Dick se demanda quand est-ce que ce type avait rit pour la dernière fois, ça devait remonter à longtemps . D’ailleurs, son air menaçant et sa mine renfrogné ne laissait rien présager de bon, d’autant que Sam ne semblait pas vouloir rendre son argent au géant . Celui-ci soupira et avança le bras . Il écarta violemment de son passage le malfrat qui fut projeté plus loin et attrapa le sac bleu . il l’ouvrit et commença à compter les liasses de billets en fronçant les sourcils . Il finit par avoir un petit sourire et hocha la tête d’un air satisfait en fermant le sac . C’est alors que Sam fit l’une des pires erreurs de sa vie . Il sortit son arme à feu et la pointa sur l’homme .

-Attention ! Hurla Dick de toutes ses forces .

Une détonation se fit entendre tandis que le grand noir se retournait . La balle transperça son épaule dans un bruit sonore et métallique . Dick descendit les escaliers avec rapidité et souplesse et se jeta sur Sam . Il lui donna un violent coup de poing et le désarma . Puis il se retourna vers le type touché par balle . Son visage semblait jeune, il ne devait pas être âgé de plus de vingt ans . Le choc de la balle l’avait déstabilisé mais, étrangement, aucune goutte de sang ne coulait de sa plaie . La balle avait traversé le pull et ricoché sur quelque chose de métallique . Une prothèse ? Peut être .

-Laisse moi regarder . Dit-il d’une voix étonnement calme et mature .
-Nan, ça va … C’est juste … Le choc .

Mais Dick insista et examina la plaie, un simple troue dans la peau, noircie autour . Ce qu’il vit à l’intérieur du trou le fit reculer de frayeur . Le bruit métallique que l’on avait entendu lors du coup de feu n’était pas dû à l’impact de la balle avec une prothèse mais avec un os, un os métallique ! Les tissus autour de cet os semblaient mi-organiques, mi-robotiques et ne semblaient pas avoir été endommagés .

-Nom de Dieu ! C’est … Comment ça ce fait ?

Le gars métallique soupira et sourit amèrement .

-J’étai sûr que tu dirais ça, vieux .
-Excuse-moi . Reprit Dick en tentant de se rattraper . Je … enfin, tout le monde n’a pas des os en métal . Comment ça ce fait ?
-C’est une longue histoire, une très longue histoire . Mais toi, qu’est ce que tu foutais ici ? Et c’est quoi ce masque sur ta tronche ?

Il eut un sourire amusé tandis que Dick semblait mal à l’aise . Il finit néanmoins par répondre :

-Et bien, je … C’est aussi une longue histoire .

Dick n’avait pas envie de se confier à cet inconnu au corps de métal qui lui aurait sans doute brisé le crâne s’il l’aurait souhaité . La mort d’Angelo remontait à un mois maintenant, certes, mais la tristesse ne l’avait pas quitté . Au lycée, il refusait de parler à quiconque, et la nuit, il traquait les malfrats, surtout les dealers . Ses incomparables dons en arts martiaux lui permettait de s’en sortir pas trop mal tout en restant sous une identité inconnue .

-Je m’appelle Victor Stone . Dit soudainement l’afro-américain . Et toi ?
-Heu … Dick, Dick Grayson .

Dick lui avait révélé son nom comme ça, tout naturellement, oubliant que son visage était masqué et qu’il devait rester incognito . A ces mots, Dick se retourna pour savoir si les deux afro-américains s’étaient fait la belle, ce qui était le cas . Il soupira de soulagement . Ces deux là auraient put révéler à beaucoup de monde l’identité du justicier de Bayview .

-Rassures-toi, commença Victor, je ne révèlerai à personne ton identité . Tu as voulu me sauver la vie alors que ce bouffon était armé et qu’il aurait pu te tirer dessus . C’est très courageux de ta part et je te remercie .
-La balle ne t’as pas fait grand chose, on dirait .
-Normal, les vaisseaux sanguins passent dans des tubes en métal et mes organes sont protégés par des plaques de métal .
-Impressionnant . Répondit Dick, plus impressionné qu’il ne le faisait paraître . Mais qui est-ce qui t’as fait ça ? C’est lié aux deux arnaqueurs ?

Victor soupira . Dick avait l’air d’être un type sympa et réglo mais son histoire était douloureuse et il ne l’avait encore jamais raconté à personne .

-Écoute Dick, j’ai pas vraiment envie d’en parler .
-Je comprend .

Cela faisait un mois que Dick n’avait pas adressé la parole à quelqu’un . Son oncle n’insistait pas, gobant toutes les excuses qu’il lui sortait à chacun de ses disparitions . Et puis, il s’arrangeait pour se fondre dans la nuit après vingt-trois heures, et rester dehors pendant pas plus de quatre heures . Trop court laps de temps à ses yeux . Le choix d’abandonner l’école lui était venu à l’esprit mais, il avait toujours rêver de partir d’ici, d’aller dans les quartiers riches de San Francisco, étudier à la célèbre université de Californie, puis de se lancer dans une carrière d’avocat . Mais la mort d’Angelo lui avait remis les pendules à l’heure et bien comme il faut . Il devait faire un choix entre veiller sur le quartier et combattre la criminalité et poursuivre ses études . Victor semblait, malgré son apparente rigidité, plutôt cool comme gars mais ça ne suffisait pas pour gagner la confiance de Dick .

-Bon, dit Victor avec calme, il faut que je me casse . Heureux de t’avoir rencontrer, Dick .
-De même, Victor, de même .

Victor se dirigea tranquillement vers le trou qu’il avait lui même fait en défonçant le mur, son sac rempli de billets dans la main .

-Victor ! Appela Dick, de sa voix calme et grave . Si jamais t’as besoin d’aide pour quoi que ce soit, n’hésite pas, je serrai dans le coin .

Victor se retourna et hocha la tête ce qui signifiait qu’il y penserait . Puis il disparut à l’horizon . Dick soupira et en se dirigeant vers la sortie .




Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  Depuis janvier 2009, il y a eu 105743 visiteurs sur le site. Copyright (c) 2004-2009 http://urbancomics.fr.gd/  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=