Urban Comics
  Episode 5 : Point of Break (2/3)
 

Couverture : Rirox
Histoire : Ben Wawe
Date de parution : Décembre 2004
Note de l'auteur : Le cross over commence dans Urban Iceman #3


La chambre de Craig Harrison était entièrement gelée. Des stalagmites et stalactites ornaient le plafond et le sol tandis plusieurs tonnes de glace avaient recouverts les murs et les meubles. Désormais, cette petite pièce d’un appartement de New York ressemblait plus à une grotte glacière qu’à une chambre d’adolescent. La température approchait lentement mais sûrement de zéro.

Au centre de la pièce siégeait un grand trône de glace. Un être y était assis, visiblement peu affecté par le froid ambiant, bien au contraire de Craig, nu sous sa robe de chambre. Dès qu’il expirait, un nuage se formait juste après sa bouche. Le jeune homme avait peur. Qui était cet être ? Comment cela était-il possible ? Quel avait été ce bruit aigu qu’il avait entendu avant ?

Comme s’il avait voulu répondre aux questions intérieures du quaterback du lycée Midtown, l’inconnu ouvrit lentement la bouche et parla d’une voix monocorde, glaciale. Et Craig reconnut cette voix.

" Oui, Craig, c’est bien moi. Robert Drake. Celui à qui tu as fracassé le nez. Celui dont tu as tué les parents. Tu dois sûrement te demander pourquoi je suis ici, non ?

-Comment tu fais ça, bordel ? Ca caille ici…merde, qu’est-ce que tu fous ?

-Je me venge, mon cher Craig. Œil pour œil, dent pour dent…

-Attends, c’est pas parce que je t’ai explosé le nez que tu viens ici, nan ?

-Non. Je viens ici car tu as tué mes parents.

-Arrête tes conneries ! J’ai tué personne ! Et comment tu fais ça ? Pourquoi est-ce qu’il fait si froid ?

-J’ai retrouvé un morceau de ton blouson… "

Bobby leva sa main droite et montra du doigt un coin de la chambre. Dans la glace, Craig vit alors son blouson, à moitié brûlé, et un petit morceau de tissu, qui provenait bien de son vêtement. Tout cela était gelé dans le mur.

" C’est pas moi ! On m’a volé le blouson deux jours avant la mort de mes parents ! Faut que tu me croies ! Putain il fait froid, arrête ! "

Alors que Craig parlait, la température baissait de plus en plus, l’expression de Bobby Drake ne changeant pas le moins du monde. La température était proche de moins 10 degrés. Le jeune homme n’était ni heureux ni malheureux. Il faisait ce qu’il avait à faire tel un robot, un être de glace…

" Je ne te crois pas, Craig. Tu m’en voulais de t’avoir mis une raclée devant tout le monde. Donc tu as voulu me donner une leçon. Brûler un peu ma maison, pour me faire comprendre le message, c’était le meilleur truc à faire, vous pensiez. Hélas, vous ne saviez pas que mes parents s’y trouvaient. Ils ont criés, vous avez paniqués et vous vous êtes enfuis. Sauf que dans ta hâte tu t’es accroché à mes haies et que tu as perdu un bout de ton blouson. Ais-je tort ?

-Oui ! C’est pas moi ! Je serais pas allé jusque là ! Putain Bobby j’ai froid, arrête !

-Quelle ironie, n’est-ce pas ? Mes parents sont morts brûlés vifs, tu vas mourir gelé vif…ah, cela me ferait presque rire ! "

Bobby n’entendit pas les suppliements de Craig. Il se leva, tout lentement, et s’approcha du footballeur, désormais à terre à cause du froid. Tranquillement, le jeune Drake posa sa main sur sa tête. Maintenant, l’heure de la vengeance allait venir. Tout au long du chemin, Bobby s’était demandé si il aurait le courage de faire cela. Mais les interrogatoires musclés des deux amis de Craig l’avaient rassurés sur sa capacité à faire les choses : il pouvait se venger. Mais le devait-il ? Avait-il vraiment le droit de prendre une vie humaine ? Mais ils avaient tués ses parents…mais si il faisait cela, n’était-il pas pire qu’eux ? Alors que les doutes assaillaient de plus en plus son esprit fragile et fatigué, un mince filet de toile vint se poster sur l’épaule du jeune Drake qui, surprit, se retourna rapidement pour recevoir un crochet du droit qui l’envoya dans le mur.

Rapidement debout, Bobby se demanda bien qui pouvait avoir pu faire cela. Il découvrit alors le sauveur de Craig : un jeune homme habillé avec un jeans délavé, un pull à capuche bleu, des baskets blanches, et un masque rouge avec deux grands trous blancs pour les yeux. Il ressemblait au masque d’un héros de comic, pensa Bobby. Et soudain, il su qui était là : Spider Man, la chose qui rôdait dans la ville depuis quelques temps et qui, disait-on, poursuivait les criminels. Au début, le jeune homme n’avait pas voulu croire à ce conte. Mais maintenant qu’il était en face de lui, maintenant qu’il sentait sous ses doigts la matière visqueuse qui s’apparentait à de la toile d’araignée, il n’était plus sûr de ses croyances…

" Bobby, ne fais pas cela…

-D’où tu me connais, toi ?

-J’en sais plus sur toi que tu ne le crois. Laisse tomber, laisse cela aux autorités… t’es même pas sûr que c’est lui…

-Si ! Ce crétin a laissé traîner un bout de son blouson déchiré ! C’est lui ! Et il va me payer cela ! "

Le jeune Drake se jeta sur Craig, qui ne bougeait plus à cause du froid. Spider Man avait très froid, lui aussi. En rentrant chez lui après une journée au lycée, Ben n’avait découvert qu’un appartement vide. Peu soucieux, il s’était fait couler un bain, et alors qu’il allait rentrer dedans, la police l’appela pour savoir où se trouvait Bobby. Deux jeunes hommes avaient été retrouvés presque entièrement gelés devant un hôpital. Leurs vies étaient sauves, mais des engelures inquiétaient les médecins. Quand on remarqua que c’était les amis de Craig, la police, étant au courant de la bagarre Bobby/groupe de Craig, voulait savoir si l’ami de Ben n’avait pas voulu se faire justice, croyant que c’était eux les assassins de ses parents. Inquiet, ben s’était alors changé en Spider Man et avait filé rapidement vers l’appartement de Craig, où il venait de trouver son ami.

Mais comment Bobby faisait-il cela ? Comment avait-il pu geler une pièce ? Comment avait-il pu geler des êtres humains alors qu’il faisait une telle chaleur en journée ? C’était impossible. Mais, après tout, se coller au mur et être l’avatar d’un dieu amérindien de la justice, c’était impossible aussi…

Tandis que son ami voulait attraper Craig, Spider Man tira de ses deux poignets deux filets de toile qui emprisonnèrent Bobby. Mais cela n’allait pas durer. Heureusement, il ne l’avait pas reconnu. Ayant décidé de changer de costume, et vu l’urgence, Ben s’était habillé à la hâte avec de vieux habits et un masque de Spider Man pour Halloween. Mais ce look était pas si mal, au fond.

Bobby gela alors la toile, et la casse rapidement. Les deux adolescents étaient face à face. Aucun ne savait quoi faire. Finalement, ce fut Bobby qui prit la parole.

" Tu veux m’empêcher de me venger. Pourquoi ?

-Je ne veux pas que tu ais du sang sur les mains.

-Tu crois qu’il sera jugé ?

-Vu la preuve que t’as, ouais.

-Ok. Je vais pas le tuer.

-Très bien. Bon, tu vas devoir te rendre à la police…

-Ça, pas question.

-Ecoute, ne fais pas l’idiot…

-Je sais le faire très bien. Mais vu ta connerie, j’ai apparemment trouvé mon maître… "

Avant même que Spider Man ait eu le temps de faire quelque chose un rayon de glace vint le toucher et le scotcher au mur. Son sens d’araignée l’avait bien prévenu, mais avec son peu d’expérience, il n’avait pas su quoi faire.

Le contact avec la matière froid était très désagréable, mais celui avec le mur gelé était encore pire. Ben sentait son corps s’engourdir. Il ne tiendrait pas longtemps. Alors que Bobby sortait tout lentement de l’appartement, Spider Man tentait vainement de se sortir de là. Il était totalement coincé. Si il restait encore là quelques minutes, il tomberait dans l’inconscience, comme Craig. Le jeune homme pensa alors à Fanny, à sa tête lorsqu’elle découvrirait qu’il ne lui a rien dit…il risquait d’être handicapé par des gelures, voir pire…elle serait si triste…non, pensa Ben. Il ne voulait pas qu’elle soit triste. Il ne voulait pas que Bobby détruise sa vie juste pour une vengeance. Rassemblant toute sa force, il banda ses muscles et utilisa toute son énergie pour se libérer. Et au prix d’énormes souffrances, il y parvint.

Ben tomba alors à terre, fatigué et engourdit. Tout ce qu’il désirait, c’était fermer les yeux, et se reposer un peu. Mais il savait bien que s’il fermait les yeux, il ne se réveillerait pas. Lentement, il se releva, prit le bras de Craig et le traîna hors de la pièce. Là, il tomba sur le téléphone par chance, et composa le numéro des urgences. Après cela, le jeune homme sortit, s’adossa contre le mur après avoir enlevé son masque, et respira fortement de longs instants. Il était vidé.

Comment cela était-il possible ? Comment son ami Bobby avait-il pu devenir ce dingue ? Et comment faisait-il cela ? Trop de questions, pas assez de réponses…en remettant son masque, Ben décida d’aller chercher lui-même les réponses à ses questions, quitte à arrêter définitivement son ami.

Suite et fin dans Urban Iceman #4






Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  Depuis janvier 2009, il y a eu 105741 visiteurs sur le site. Copyright (c) 2004-2009 http://urbancomics.fr.gd/  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=